01 novembre 2005

Ich heisse super fantastische

Vendredi soir au Zénith, premier concert rock depuis la lecture du plaisant mais un peu trop appliqué "Owen Noone & Marauder" (Douglas Cowie, Ed. Christian Bourgeois) : impossible de ne pas imaginer les cinq écossais qui vont bientôt monter sur scène, agités backstage, insultant comme Owen l'envoyé de leur maison de disque.

Franz Ferdinand monte sur scène et dès "Come on home" en deuxième titre (l'occasion de réévaluer cette petite bombe rock'n'roll, comme pour chaque titre ou presque du premier album), la salle est en feu. Guitares chauffées à blanc, rythmique électrisante, écran géant pour une fois participant au spectacle, l'énergie de "This fire" ou "Auf Achse" démultipliée par un public joyeux et combatif, impossible de ne pas sautiller le sourire aux lèvres. Les fléchettes du plaisir fusent à 400km/h, même "Take me Out" paraît trop court. Ce soir-là, le matheux que j'étais a résolu l'équation f(rock – blues)/2005 = Franz Ferdinand.
En pantalon Hedi Slimane et tout en martelant frénétiquement le sol de sa petit boot pointue.

Posté par yossarian à 13:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Ich heisse super fantastische

    Arh Chebastien, du sprichst so gut Deutsch. Wir lieben dich und deine wunderschöne Frau.

    Posté par falerich, 03 novembre 2005 à 17:44 | | Répondre
  • Mais Ouaiiiiiiiiiiis

    c est clair que Franz Ferdinand ils gagnent quinze places quand tu les vois sur scène; l année dernière ils avaient réussi à mettre le feu en plein jour, en plein air (ca aide), en première première partie des Pixies, devant des gens qui en étaient encore à se demander si ca serait "grosswurst" ou "kleinwurst".
    Et puis tu n es pas que mon copain ingénieur, tu es aussi un peu mon Hefner..
    Willkommen zurück, du blogger !!

    Posté par fred, 04 novembre 2005 à 08:36 | | Répondre
Nouveau commentaire